Santé

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Question posée par une patiente et qui me semble fort pertinente, alors un petit partage:

"Je me permets de vous écrire car suite au confinement mes habitudes ont quelque peu changé et j'aimerais avoir votre avis.
Je ne travaille actuellement plus et j'ai tendance à me lever plus tard. J'ai donc tendance à "bruncher" vers 11h 12h (combinant petit déj et repas midi en un seul repas) ou alors si je prends un petit déjeuner vers 9h 10h, j'ai difficile de diner et je décale mon repas de midi vers 13h 14h ainsi que mon gouter ...
Que me conseillez vous ?"

------

Réponse: Je pense qu'on en est un peu tous là. Le changement à l'heure d'été n'a pas aidé non plus. Personnellement je me levais naturellement à 7.20 et maintenant je me lève naturellement à 8.20. Donc une chose déjà, déculpabilisez sur l'heure car ce décalage n'est pas très naturel. Moi je mange à 9.00, puis le midi à 13.00 et puis le souper à 19.00-20.00 (rappelez vous qu'à l'heure normale c'est 18-19.00). En ce qui concerne le goûter, tout va dépendre de ma dépense énergétique. Depuis le confinement en réalité elle a plutôt eu tendance a augmenter car je vis à la campagne et du coup en moyenne je suis plus à 2h par jour avec un peu de jardinage au soleil en plus du vélo. Mais bien sûr en appartement la donne n'est pas la même, si on va marcher 30 minutes, alors je prendrais surtout un fruit au goûter et c'est tout. Car l'idée ici est bien de conserver 12-13h de jeûne nocturne pour le repos de nos intestins. Rien n'empêche non plus de se lever, de faire une activité physique en appart et de déjeuner après pour ceux qui se lève plus tôt, rappelez vous que l'activité physique réalisée à jeun comme ça, permet d'aller puiser dans les graisses et est favorable au fonctionnement de notre glycémie.

Mais si vous êtes vraiment vraiment décalée, à vous lever à 10.30 du matin et manger à 11.00 alors oui, brunchez comme son nom l'indique, mais ne perdez pas de vue que ce n'est pas souhaitable. Notre corps répond à des cycles circadiens (jour/nuit) et le matin nous avons besoin d'un petit-déjeuner "starter" riche en protéines pour avoir un bon niveau d'énergie dans notre journée et le soir nous avons besoin de dormir, de respecter la tombée de la nuit comme signal pour nous poser et nous relaxer vers le sommeil, de laisser la mélatonine agir et de prendre notre train de sommeil naturel. Les heures avant minuit comptent double et il est hors de question de rogner sur notre temps de sommeil, gardien de notre santé et notre bonne immunité (cf. post précédant sur le sommeil).

N'hésitez pas à partager vos questions pertinentes, j'y répondrai.

📷 Photo prise par Lum3n.com

#sante #santé #mouveat #donnezdugoutavotresante #confinement #chronobiologienutritionnelle
... See MoreSee Less

Question posée par une patiente et qui me semble fort pertinente, alors un petit partage: 

Je me permets de vous écrire car suite au confinement mes habitudes ont quelque peu changé et jaimerais avoir votre avis. 
Je ne travaille actuellement plus et jai tendance à me lever plus tard. Jai donc tendance à bruncher vers 11h 12h (combinant petit déj et repas midi en un seul repas) ou alors si je prends un petit déjeuner vers 9h 10h, jai difficile de diner et je décale mon repas de midi vers 13h 14h ainsi que mon gouter ...
Que me conseillez vous ?

------

Réponse: Je pense quon en est un peu tous là. Le changement à lheure dété na pas aidé non plus. Personnellement je me levais naturellement à 7.20 et maintenant je me lève naturellement à 8.20. Donc une chose déjà, déculpabilisez sur lheure car ce décalage nest pas très naturel. Moi je mange à 9.00, puis le midi à 13.00 et puis le souper à 19.00-20.00 (rappelez vous quà lheure normale cest 18-19.00). En ce qui concerne le goûter, tout va dépendre de ma dépense énergétique. Depuis le confinement en réalité elle a plutôt eu tendance a augmenter car je vis à la campagne et du coup en moyenne je suis plus à 2h par jour avec un peu de jardinage au soleil en plus du vélo. Mais bien sûr en appartement la donne nest pas la même, si on va marcher 30 minutes, alors je prendrais surtout un fruit au goûter et cest tout. Car lidée ici est bien de conserver 12-13h de jeûne nocturne pour le repos de nos intestins. Rien nempêche non plus de se lever, de faire une activité physique en appart et de déjeuner après pour ceux qui se lève plus tôt, rappelez vous que lactivité physique réalisée à jeun comme ça, permet daller puiser dans les graisses et est favorable au fonctionnement de notre glycémie. 

Mais si vous êtes vraiment vraiment décalée, à vous lever à 10.30 du matin et manger à 11.00 alors oui, brunchez comme son nom lindique, mais ne perdez pas de vue que ce nest pas souhaitable. Notre corps répond à des cycles circadiens (jour/nuit) et le matin nous avons besoin dun petit-déjeuner starter riche en protéines pour avoir un bon niveau dénergie dans notre journée et le soir nous avons besoin de dormir, de respecter la tombée de la nuit comme signal pour nous poser et nous relaxer vers le sommeil, de laisser la mélatonine agir et de prendre notre train de sommeil naturel. Les heures avant minuit comptent double et il est hors de question de rogner sur notre temps de sommeil, gardien de notre santé et notre bonne immunité (cf. post précédant sur le sommeil).

Nhésitez pas à partager vos questions pertinentes, jy répondrai.

📷 Photo prise par Lum3n.com

#sante #santé #mouveat #donnezdugoutavotresante #confinement #chronobiologienutritionnelle

Du CONTENU aujourd’hui : Doit-on manger de TOUT ?
🍏🍎🍆🥑🥦🥖🥕🧀🥚🥓🍗🌽🥜

Aujourd’hui on va parler des modèles « sans ». Comme toujours, je donne suite à une question posée en consultation : « Que pensez-vous du modèle sans lectine ? ». Mais kézako? me direz vous. Mais avant d’aborder ce qu’est la lectine, voyons un peu la tendance actuelle des « sans » :

Il y a le « sans gluten », le « sans lactose », le paléo (sans sucre, sans produits laitiers, sans céréales et légumineuses), la diète cétogène (forcer le corps à rentrer en cétose pour brûler les graisses en éliminant les glucides), le vegan/végétalien (sans produits d’origine animale y compris le miel, les œufs, les fromages), le crudivore (sans produits cuits), le végétarien (sans viande voire poisson), le régime sans FODMAPS (grosso modo, éliminer les aliments qui vont perturber nos intestins), le régime sans résidus (fibres) et… le « sans lectine » (substance qu’on retrouve dans certaines légumineuses/céréales/légumes/fruits). Mais il y en a sans doute bien d’autres.

Et bien soyons clairs, pour moi vous devez avoir une BONNE RAISON de suivre ces modèles. Un objectif santé défini par un professionnel de la santé pour être plus précise. J’apporte à cela une nuance, la notion de qualité des aliments. Il est certains qu’un modèle sans gluten sera suivi par les personnes allergiques (maladie cœliaque) ou intolérantes symptomatiques, car elles ont des raisons de santé d’exclure le gluten. Mais pour monsieur et malade tout le monde qui ne présente pas de troubles de la santé, c'est surtout la notion de QUALITE qui doit guider nos choix, car le gluten industriel n’a rien à voir avec une variété ancienne de céréales qu’on consomme avec modération dans des aliments pas ou peu transformés dans le cadre d’un modèle alimentaire diversifié et équilibré. La surdose du gluten industriel qu’on retrouve partout, ajouté pour ses propriétés texturantes, ne peut correspondre à aucun modèle santé, même non restrictif, peu importe notre état de tolérance.

Autre exemple. Prenons le modèle VEGAN justement, de plus en plus à la mode pour de bonnes raisons (impact environnemental de la surconsommation de viande issue d’élevages extensifs, respect du bien être animal). Et bien le modèle vegan n’est pas particulièrement bon pour notre santé. L’absence de produits animaux nous coupe d’un certain nombre de vitamines et minéraux comme la vitamine B12, D, le fer ou encore le zinc, qu’il convient de moduler via un suivi régulier et de la complémentation. Mais au-delà de ça, se nourrir exclusivement de végétaux peut présenter d’autres problèmes qui sont moins connus et c’est là qu’entre en jeu notre LECTINE. Les plantes, comme tout être vivant, ont développé des stratégies pour se défendre de leurs prédateurs. La lectine (ou encore les saponines, les inhibiteurs enzymatiques ou les phytates) sont des substances qui vont rendre les plantes qui les contiennent disons" indigestes", pour dissuader les prédateurs que nous sommes d’en manger. Il existe bien des stratégies pour réduire ce problème (trempage, cuisson), mais à la longue, si notre alimentation est exclusivement composée de végétaux, cela peut mener à une inflammation de nos intestin qui peut aboutir à des allergies ou maladies auto-immunes, au même titre qu’une consommation excessive de viande (on ne considère ici que les paramètres santé) peut poser des problèmes de santé.

Que peut-on en conclure ? Et bien qu’il ne faut abuser de rien, même des bonnes choses et qu’il faut surtout DIVERSIFIER ce qu’on mange. Je vous donne un autre exemple ?

Le chou : excellent pour la détox de nos intestins MAIS consommé à l’excès peut poser des problèmes de métaux lourds, c’est également un aliment goitrogène. Les légumineuses sont donc d’excellentes protéines végétales, alternative à la viande, avec une empreinte écologique plus réduite, elles sont également riches en fibres et moins acidifiantes MAIS elles contiennent aussi des substances anti-nutritionnelles qui font qu’il ne sera jamais recommandé de s’en nourrir à l’excès.*

En réalité la plupart de ce que l’on consomme présente un intérêt, mais si consommé en excès pour une raison ou une autre (régime, croyance, mode, etc.) l’équilibre sera rompu et cet excès risquera d’avoir des conséquences qu’on ne mesure pas toujours sur le moment. C’est pour cette raison qu’il me semble important voir vital de conserver une assiette diversifiée, de ne jamais tomber dans la routine, même si cela demande un peu d’inspiration et de réflexion pour composer ses menus. Bien entendu, la consommation de viande représente un sacré enjeu pour notre planète, mais des études sérieuses démontrent que c’est surtout l’élevage extensif qui pose problème et que si l’on revenait à une approche traditionnelle d’élevage tout en réduisant notre consommation sérieusement, on pourrait probablement retrouver un point d’équilibre protecteur pour les générations futures.

En conclusion je dirais que nous traversons des temps difficiles, un manque clair de repères, des perspectives peu réjouissantes et que face à tant d’insécurité les modèles « sans » sont des bouées rassurantes auxquelles se raccrocher. Mais l’équilibre ne se trouve jamais dans le « sans » ou le noir et le blanc, il se trouve toujours dans une zone grise pas très rassurante, dont on ne voit pas toujours bien les limites mais qui représente pourtant à mon sens le point d’équilibre visé. Le seul « sans » que je vous recommande donc est celui du « sans » aliments ultra-transformés issus de l’industrie agro-alimentaire et qu’on retrouve en quantité dramatique dans les grandes surfaces (70% de l’offre). Une chose est certaine, les AUT n’ont rien à voir avec ce que mère nature a prévu pour notre assiette et ça c’est un indice de taille pour savoir ce qui est bon pour soi !

*Pour en savoir plus sur les substances anti-nutritionnelles des végétaux je vous recommande ce lien : www.acteur-nature.com/articles-divers-sur-le-monde-du-bio-et-du-naturel/les-anti-nutriments-ou-la...

#mouveat #donnezdugoutavotresante #santé #sante #equilibredanslassiette #mangervrai #mangerdesaison #mangerdiversifie

📷 empruntée au site mangerdetout.fr
... See MoreSee Less

Du CONTENU aujourd’hui : Doit-on manger de TOUT ? 
🍏🍎🍆🥑🥦🥖🥕🧀🥚🥓🍗🌽🥜

Aujourd’hui on va parler des modèles « sans ». Comme toujours, je donne suite à une question posée en consultation : « Que pensez-vous du modèle sans lectine ? ». Mais kézako? me direz vous. Mais avant d’aborder ce qu’est la lectine, voyons un peu la tendance actuelle des « sans » :

Il y a le « sans gluten », le « sans lactose », le paléo (sans sucre, sans produits laitiers, sans céréales et légumineuses), la diète cétogène (forcer le corps à rentrer en cétose pour brûler les graisses en éliminant les glucides), le vegan/végétalien (sans produits d’origine animale y compris le miel, les œufs, les fromages), le crudivore (sans produits cuits), le végétarien (sans viande voire poisson), le régime sans FODMAPS (grosso modo, éliminer les aliments qui vont perturber nos intestins), le régime sans résidus (fibres) et… le  « sans lectine » (substance qu’on retrouve dans certaines légumineuses/céréales/légumes/fruits). Mais il y en a sans doute bien d’autres. 

Et bien soyons clairs, pour moi vous devez avoir une BONNE RAISON de suivre ces modèles. Un objectif santé défini par un professionnel de la santé pour être plus précise. J’apporte à cela une nuance, la notion de qualité des aliments. Il est certains qu’un modèle sans gluten sera suivi par les personnes allergiques (maladie cœliaque) ou intolérantes symptomatiques, car elles ont des raisons de santé d’exclure le gluten. Mais pour monsieur et malade tout le monde qui ne présente pas de troubles de la santé, cest surtout la notion de QUALITE qui doit guider nos choix, car le gluten industriel n’a rien à voir avec une variété ancienne de céréales qu’on consomme avec modération dans des aliments pas ou peu transformés dans le cadre d’un modèle alimentaire diversifié et équilibré. La surdose du gluten industriel qu’on retrouve partout, ajouté pour ses propriétés texturantes, ne peut correspondre à aucun modèle santé, même non restrictif, peu importe notre état de tolérance.

Autre exemple. Prenons le modèle VEGAN justement, de plus en plus à la mode pour de bonnes raisons (impact environnemental de la surconsommation de viande issue d’élevages extensifs, respect du bien être animal). Et bien le modèle vegan n’est pas particulièrement bon pour notre santé. L’absence de produits animaux nous coupe d’un certain nombre de vitamines et minéraux comme la vitamine B12, D, le fer ou encore le zinc, qu’il convient de moduler via un suivi régulier et de la complémentation. Mais au-delà de ça, se nourrir exclusivement de végétaux peut présenter d’autres problèmes qui sont moins connus et c’est là qu’entre en jeu notre LECTINE. Les plantes, comme tout être vivant, ont développé des stratégies pour se défendre de leurs prédateurs. La lectine (ou encore les saponines, les inhibiteurs enzymatiques ou les phytates) sont des substances qui vont rendre les plantes qui les contiennent disons indigestes, pour dissuader les prédateurs que nous sommes d’en manger. Il existe bien des stratégies pour réduire ce problème (trempage, cuisson), mais à la longue, si notre alimentation est exclusivement composée de végétaux, cela peut mener à une inflammation de nos intestin qui peut aboutir à des allergies ou maladies auto-immunes, au même titre qu’une consommation excessive de viande (on ne considère ici que les paramètres santé) peut poser des problèmes de santé. 

Que peut-on en conclure ? Et bien qu’il ne faut abuser de rien, même des bonnes choses et qu’il faut surtout DIVERSIFIER ce qu’on mange. Je vous donne un autre exemple ? 

Le chou : excellent pour la détox de nos intestins MAIS consommé à l’excès peut poser des problèmes de métaux lourds, c’est également un aliment goitrogène. Les légumineuses sont donc d’excellentes protéines végétales, alternative à la viande, avec une empreinte écologique plus réduite, elles sont également riches en fibres et moins acidifiantes MAIS elles contiennent aussi des substances anti-nutritionnelles qui font qu’il ne sera jamais recommandé de s’en nourrir à l’excès.*

En réalité la plupart de ce que l’on consomme présente un intérêt, mais si consommé en excès pour une raison ou une autre (régime, croyance, mode, etc.) l’équilibre sera rompu et cet excès risquera d’avoir des conséquences qu’on ne mesure pas toujours sur le moment. C’est pour cette raison qu’il me semble important voir vital de conserver une assiette diversifiée, de ne jamais tomber dans la routine, même si cela demande un peu d’inspiration et de réflexion pour composer ses menus. Bien entendu, la consommation de viande représente un sacré enjeu pour notre planète, mais des études sérieuses démontrent que c’est surtout l’élevage extensif qui pose problème et que si l’on revenait à une approche traditionnelle d’élevage tout en réduisant notre consommation sérieusement, on pourrait probablement retrouver un point d’équilibre protecteur pour les générations futures. 

En conclusion je dirais que nous traversons des temps difficiles, un manque clair de repères, des perspectives peu réjouissantes et que face à tant d’insécurité les modèles « sans » sont des bouées rassurantes auxquelles se raccrocher. Mais l’équilibre ne se trouve jamais dans le « sans » ou le noir et le blanc, il se trouve toujours dans une zone grise pas très rassurante, dont on ne voit pas toujours bien les limites mais qui représente pourtant à mon sens le point d’équilibre visé. Le seul « sans » que je vous recommande donc est celui du « sans » aliments ultra-transformés issus de l’industrie agro-alimentaire et qu’on retrouve en quantité dramatique dans les grandes surfaces (70% de l’offre). Une chose est certaine, les AUT n’ont rien à voir avec ce que mère nature a prévu pour notre assiette et ça c’est un indice de taille pour savoir ce qui est bon pour soi !

*Pour en savoir plus sur les substances anti-nutritionnelles des végétaux je vous recommande ce lien : https://www.acteur-nature.com/articles-divers-sur-le-monde-du-bio-et-du-naturel/les-anti-nutriments-ou-la-face-cachee-des-aliments-dorigine-vegetale.html

#mouveat #donnezdugoutavotresante #santé #sante #equilibredanslassiette #mangervrai #mangerdesaison #mangerdiversifie 

📷 empruntée au site mangerdetout.fr

Comment on Facebook

💯 % d'accord ! Je partage 😘

Oui on doit manger de tout mais pas avec n’importe qui 😂🤣😂🤣😂🤣

On s'en FOUT de la BALANCE!!!! 😝😫😭😤🥴

J'essaye toujours de faire des posts en rapport avec ce que je vis et ce matin, j'ai pris conscience du besoin de piqure de rappel grâce à deux de mes patients:

❎ "J'ai peur de ne pas avoir perdu sur la balance et être déçue et perdre ma motivation".

Ou encore

❎ "J'ai perdu 200g sur la balance ce matin! (depuis hier)"

Quel est le point commun avec ces deux commentaires?

❓ La mauvaise estimation de la situation et le stress qui vient avec.

➡️ La première se sent mieux dans ses vêtements mais n'a pas perdu de poids, elle s'est mis à faire du sport régulièrement, pas mal de sport même. Elle n'a pas perdu beaucoup de poids depuis le début de la remise en mouvement, ce qui est sans doute assez normal puisqu'elle convertit la graisse en muscle et que le muscle pèse plus lourd que la graisse. Mais à l'intérieur tout est en train de changer et ça se sent en mettant ses vêtements qui sont un bien meilleur indicateur que la balance. Sur la photo à poids/taille égal on peut avoir un aspect totalement différent! L'IMC d'un athlète peut totalement le placer "en obésité" si on ne tient pas compte de cette nuance. Donc inutile de se décourager et appréhender, je suis certains qu'à la prochaine mesure sur impédance métrie MF, les résultats seront là.

➡️ Pour la deuxième personne, je dirai que se peser tous les jours est un total non-sens. Aujourd'hui elle est ravie mais qu'en sera-t-il demain quand elle aura à l'inverse repris 200g? Quel stress! Stress inutile en plus car rien ne dit qu'il ne s'agit pas tout simplement d'une variation hydrique (la période du cycle pour les femmes ou une alimentation plus riche en glucides ce jour là qui "retiennent" l'eau par exemple).

✅ Chez moi la balance c'est outil de l'impédance métrie (il faut renter une donnée poids pour avoir un résultat au niveau masse maigre, masse grasse, masse osseuse et masse hydrique) en aucun cas s'agit-il d'un verdict!

✅ La solution ne tient qu'à deux mots: ZENITUDE et PATIENCE

Retrouver un poids d'équilibre c'est surtout adopter une hygiène de vie durable (assiette comme remise en mouvement), il n'y a pas de date de fin, c'est un engagement de tous les jours dans lequel le plaisir de manger et de se sentir bien en bougeant doivent être nos meilleurs moteurs, ceux qui nourrissent notre motivation intrinsèque, la seule qui dure. Il est vraiment important de s'enlever le stress de la balance ou le stress du résultat (le stress fait prendre du poids d'ailleurs via les variations du cortisol) et de surtout prendre du PLAISIR à faire les choses, c'est ce qui compte! Et surtout ne pas perdre de vue que ce qui compte c'est notre santé...
🙂🙃😉

#mouveat #donnezdugoutavotresante #santé #sante #poidsdeforme #poidsdequilibre #biendanssapeau #biendanssatete #oubliezlabalance
... See MoreSee Less

On sen FOUT de la BALANCE!!!! 😝😫😭😤🥴

Jessaye toujours de faire des posts en rapport avec ce que je vis et ce matin, jai pris conscience du besoin de piqure de rappel grâce à deux de mes patients:

❎ Jai peur de ne pas avoir perdu sur la balance et être déçue et perdre ma motivation.

Ou encore

❎ Jai perdu 200g sur la balance ce matin! (depuis hier)

Quel est le point commun avec ces deux commentaires? 

❓ La mauvaise estimation de la situation et le stress qui vient avec. 

➡️ La première se sent mieux dans ses vêtements mais na pas perdu de poids, elle sest mis à faire du sport régulièrement, pas mal de sport même. Elle na pas perdu beaucoup de poids depuis le début de la remise en mouvement, ce qui est sans doute assez normal puisquelle convertit la graisse en muscle et que le muscle pèse plus lourd que la graisse. Mais à lintérieur tout est en train de changer et ça se sent en mettant ses vêtements qui sont un bien meilleur indicateur que la balance. Sur la photo à poids/taille égal on peut avoir un aspect totalement différent! LIMC dun athlète peut totalement le placer en obésité si on ne tient pas compte de cette nuance. Donc inutile de se décourager et appréhender, je suis certains quà la prochaine mesure sur impédance métrie MF, les résultats seront là.

➡️ Pour la deuxième personne, je dirai que se peser tous les jours est un total non-sens. Aujourdhui elle est ravie mais quen sera-t-il demain quand elle aura à linverse repris 200g? Quel stress! Stress inutile en plus car rien ne dit quil ne sagit pas tout simplement dune variation hydrique (la période du cycle pour les femmes ou une alimentation plus riche en glucides ce jour là qui retiennent leau par exemple). 

✅ Chez moi la balance cest outil de limpédance métrie (il faut renter une donnée poids pour avoir un résultat au niveau masse maigre, masse grasse, masse osseuse et masse hydrique) en aucun cas sagit-il dun verdict! 

✅ La solution ne tient quà deux mots: ZENITUDE et PATIENCE

Retrouver un poids déquilibre cest surtout adopter une hygiène de vie durable (assiette comme remise en mouvement), il ny a pas de date de fin, cest un engagement de tous les jours dans lequel le plaisir de manger et de se sentir bien en bougeant doivent être nos meilleurs moteurs, ceux qui nourrissent notre motivation intrinsèque, la seule qui dure. Il est vraiment important de senlever le stress de la balance ou le stress du résultat (le stress fait prendre du poids dailleurs via les variations du cortisol) et de surtout prendre du PLAISIR à faire les choses, cest ce qui compte! Et surtout ne pas perdre de vue que ce qui compte cest notre santé...
🙂🙃😉

#mouveat #donnezdugoutavotresante #santé #sante #poidsdeforme #poidsdequilibre  #biendanssapeau #biendanssatete #oubliezlabalance

Comment on Facebook

De toute façon, la balance, ce n'est pas un outil très fidèle à la réalité 🧐 Pour preuve, j'ai dû me peser uniquement deux fois en plus de cinq ans (balance mécanique, hein). Et le verdict, c'est que j'ai beau peser le même poids depuis tout ce temps, c'est mon corps qui, lui, prouve bien qu'une masse graisseuse s'est installé partout :/ Personnellement, c'est mon œil et mon confort/aisance physique qui est ma seule balance, mon seul repère santé. On se donne suffisamment de pression toute seule pour que la balance devienne un démon de plus dans notre quotidien 😊

Tout à fait raison. Je confirme. Je ne me pèse plus, mais, je sens dans mes fringues quand tout roule ou pas. Entendons, quand je me muscle des fois....😂😂😂😂😂

Et si l'hygiène de vie faisait toute la différence pour assurer un vieillissement réussi? ATTENTION CONTENU

➡️ Non ce n'est pas du jambon de parme que je vous montre là, mais une coupe d'un quadriceps masculin. Entre ces deux photos, quasi 40 ans d'écart (25-63). Quelle différence? En bon amateur de jambon cru, vous allez me dire que la deuxième photo, celle de 63 est plus… persillée? Que le monsieur s'est sans doute laissé un peu aller? Et si je vous disais que le monsieur pèse le même poids sur la balance qu'à 25 ans? Non? Si!

➡️ Le poids ne veut donc rien dire du tout. Le muscle pesant plus lourd que la graisse, on peut maintenir son poids avec les années en accusant pourtant une forte fonte musculaire/prise de masse grasse, sans que ça ne se voit réellement (on doit se sentir juste franchement moins performant!). Donc, oubliez vos balances, elles ne vous apportent aucune information pertinente. En cabinet j'utilise plutôt l'impédancemétrie multifréquence pour y voir plus clair, pour savoir discerner un faux mince et un faux gras (ou inversement). Certains personnes sont donc parfois moins grosses qu'elles n'y paraissent (masse musculaire et masse osseuse importante) et à l'inverse parfois certaines personnes sont moins minces qu'elles n'y paraissent (masse maigre très basse). Et ce phénomène qui a la base concernait surtout les personnes âgées, touche de plus en plus de personnes jeunes (rôle de l'alimentation moderne, de la dette en sommeil, du stress, de la sédentarité).

➡️ Ce que nous disent également ces images, c'est qu'avec le temps on va prendre du gras, invariablement. Mais ce que vous dit le petit schéma à côté (emprunté au SiiN), c'est que ce n'est pas une fatalité. Vous avez entendu parler de l'âge biologique? Et bien en fonction de son hygiène de vie (nutrition équilibrée ou déséquilibrée, activité physique régulière ou sédentarité, suffisamment de sommeil ou dette en sommeil, gestion du stress ou subir le stress) on va afficher un âge biologique plus important ou moins important que son âge réel. Cette différence vous la voyez sur le schéma entre les deux courbes, la partie bleue, et comme vous voyez, cette hygiène de vie peut faire une sacrée différence dans la vitesse du déclin!

✅ Alors n'attendez pas, prenez le temps de vous assurer que votre assiette correspond à vos besoins en fonction de votre dépense énergétique, prenez le temps de faire une activité physique qui combinera musculation douce contre résistance et endurance, prenez le temps de dormir, on "fait du muscle" quand on dort et surtout les heures avant minuit, prenez le temps tout court, le temps de respirer et de vous remettre au centre de vos priorités. Et si vous avez besoin d'un petit coup de pouce, vous savez où me trouver 😉

✅ Car en effet, je vais lancer pour les fêtes la consultation "Bonnes Résolutions" une consultation individuelle personnalisée qui va à l'essentiel, conçue pour vous donner un CADRE et des PRIORITES sans perdre le goût des bonnes choses de la vie. Alors suivez ma page pour plus d'info dans les jours qui viennent!

#mouveat #donnezdugoutavotresanté #mangersain #bougersain #santé #sante #vieillissementreussi
... See MoreSee Less

Et si lhygiène de vie faisait toute la différence pour assurer un vieillissement réussi? ATTENTION CONTENU 

➡️ Non ce nest pas du jambon de parme que je vous montre là, mais une coupe dun quadriceps masculin. Entre ces deux photos, quasi 40 ans décart (25-63). Quelle différence? En bon amateur de jambon cru, vous allez me dire que la deuxième photo, celle de 63 est plus… persillée? Que le monsieur sest sans doute laissé un peu aller? Et si je vous disais que le monsieur pèse le même poids sur la balance quà 25 ans? Non? Si!

➡️ Le poids ne veut donc rien dire du tout. Le muscle pesant plus lourd que la graisse, on peut maintenir son poids avec les années en accusant pourtant une forte fonte musculaire/prise de masse grasse, sans que ça ne se voit réellement (on doit se sentir juste franchement moins performant!). Donc, oubliez vos balances, elles ne vous apportent aucune information pertinente. En cabinet jutilise plutôt limpédancemétrie multifréquence pour y voir plus clair, pour savoir discerner un faux mince et un faux gras (ou inversement). Certains personnes sont donc parfois moins grosses quelles ny paraissent (masse musculaire et masse osseuse importante) et à linverse parfois certaines personnes sont moins minces quelles ny paraissent (masse maigre très basse). Et ce phénomène qui a la base concernait surtout les personnes âgées, touche de plus en plus de personnes jeunes (rôle de lalimentation moderne, de la dette en sommeil, du stress, de la sédentarité).

➡️ Ce que nous disent également ces images, cest quavec le temps on va prendre du gras, invariablement. Mais ce que vous dit le petit schéma à côté (emprunté au SiiN), cest que ce nest pas une fatalité. Vous avez entendu parler de lâge biologique? Et bien en fonction de son hygiène de vie (nutrition équilibrée ou déséquilibrée, activité physique régulière ou sédentarité, suffisamment de sommeil ou dette en sommeil, gestion du stress ou subir le stress) on va afficher un âge biologique plus important ou moins important que son âge réel. Cette différence vous la voyez sur le schéma entre les deux courbes, la partie bleue, et comme vous voyez, cette hygiène de vie peut faire une sacrée différence dans la vitesse du déclin!

✅ Alors nattendez pas, prenez le temps de vous assurer que votre assiette correspond à vos besoins en fonction de votre dépense énergétique, prenez le temps de faire une activité physique qui combinera musculation douce contre résistance et endurance, prenez le temps de dormir, on fait du muscle quand on dort et surtout les heures avant minuit, prenez le temps tout court, le temps de respirer et de vous remettre au centre de vos priorités. Et si vous avez besoin dun petit coup de pouce, vous savez où me trouver 😉

✅ Car en effet, je vais lancer pour les fêtes la consultation Bonnes Résolutions une consultation individuelle personnalisée qui va à lessentiel, conçue pour vous donner un CADRE et des PRIORITES sans perdre le goût des bonnes choses de la vie. Alors suivez ma page pour plus dinfo dans les jours qui viennent!

#mouveat #donnezdugoutavotresanté #mangersain #bougersain #santé #sante #vieillissementreussi

Comment on Facebook

J'ai bien remarqué que j'ai super rajeuni depuis que je mange des sardines au petit déjeuner, du boudin noir à midi et du chou frisé au dîner!😂 merci linda

Les enjeux de nos MODES DE CONSOMMATION – à partager sans modération !

A travers ce petit reportage je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous une des plus grandes ABSURDITE des modes de consommation modernes qui me rend littéralement DINGUE !

Le reportage nous montre que cette nuisance empêche les petits oiseaux de dormir, tout comme les riverains, mais parle peu du plus grave qui a un impact direct et indirect sur notre santé. C’est néanmoins l’occasion de voir ce qui se cache dernière nos choix alimentaires de plus près.

Dans mon livre « Donnez du goût à votre santé » j’aborde la problématique de nos modes de consommation à travers 4 enjeux (le bio, le local, le de saison et le zéro-déchet) avec pour toile de fond la notion de « toxines ». En effet, en fonction de nos choix de consommation, certains modes vont produire plus de toxines que d’autres. Par exemple si on choisit de consommer un aliment ultra-transformé en grande surface on va générer des toxines alimentaires (mauvaises graisses, sucres raffinés, additifs perturbateurs de notre flore intestinale et de notre santé) mais aussi des toxines environnementales (production, transport, emballage de ces aliments), ce qui nous ramène à nos enjeux de rejeter ce type de consommation et lui préférer la consommation de produits bruts, de préférence bio ou raisonnés, qu’on cuisinera soi-même (zéro déchet) en se fournissant chez des producteurs belges (consommer local, enjeu sociétal et environnemental). Win-win pour tout le monde, notre santé, celle de la planète et les producteurs qui nous entourent.

MAIS, là où le bas blesse c’est que dans cette équation il manque un enjeu et cet enjeu rentre parfois en opposition avec d’autres enjeux à mon sens plus prioritaires. Il s’agit du manger « de saison ». Prenons donc l’exemple de ces tomates qu’on va vous vendre à grand renfort de « tomates Belges » « soutenons nos producteurs » et qui répondent à l’enjeu du « manger local ». Ces tomates ont pourtant une empreinte écologique absurde (lampes et chauffage jour et nuit non stop) et ne correspondent pas du tout à notre besoin santé de consommer des fruits et légumes à maturité issus de leur milieu naturel pour retrouver dans notre assiette les vitamines, les polyphénols et les minéraux nécessaires à notre bonne santé.

Quand je me balade dans les grandes surfaces, je suis donc toujours médusée d’y retrouver soit des fruits et légumes qui viennent de très loin où les saisons sont plus propices OU des aliments de serres chauffées comme ces fichues tomates. On ne manque pourtant pas d’option à cette période de l’année : famille des potirons, légumes racines, choux en tout genre, salades et feuilles d’hiver, il y a largement de quoi remplir nos assiettes de légumes bon marché, à maturité et qui profitent à des producteurs qui travaillent dans le respect des saisons !

Vous tenez aux tomates toute l’année ? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez profiter de conserves maison ou achetées en magasin, avec des légumes cueillis à maturité. Vous pouvez aussi vous tourner vers la surgélation, un mode de conservation qui respecte mieux la préservation des vitamines et minéraux. Si vraiment vous voulez des tomates fraiches, alors en novembre ou en mai, tournez-vous vers les production du sud de l’Italie ou de l’Espagne pour profiter de leurs dernières ou premières récoltes (décalage des saisons de production), mais par pitié n’achetez pas des tomates ou d’autres légumes hors saison issus de serres chauffées, même s’ils sont bio. Si vous avez un doute, vous reconnaitrez facilement à leur lieu de provenance qui ne correspond pas du tout à leur saison naturelle de production.

Restez donc critique, même dans les magasins bio on voit ces absurdités. Les commerçants bio sont vites tentés de céder à la demande du public de peur de perdre des clients au profit des grandes surfaces qui offrent plus de choix. Mais la réalité c’est que chaque saison se suffit à elle-même et que cette diversité de notre assiette qui évolue au fil de l’année nous garantit la santé (des polyphénols différents pour chaque légume et fruit de saison) et le plaisir de manger varié. C'est à nous de changer demain.

Pour en savoir plus sur les modes de consommation « consom’acteur », vous trouverez dans mon livre tout un tas de conseils et d’outils pour vous organiser au quotidien :

mouveat.be/boutique/donnez-du-gout-a-votre-sante/

#mouveat #donnezdugoutavotresante #diversificationalimentaire #mangerlocaldesaison #consomacteur #changeonslemonde #reduiresonempreinteecologique #santé #sante
... See MoreSee Less