« je le répète et le répète, soyez patients, c’est votre morphologie qui change et c’est ça qui compte. A poids identique, on peut tout à fait être enrobé ou athlétique, exit la balance ! »

La première idée qui vient à l’esprit lorsqu’on pense à maigrir, c’est perdre ses réserves de graisse pour réduire son poids.

En réalité, votre poids n’a pas beaucoup importance.

Tout est une question de proportions, de silhouette.

Imaginez que vous ayez le même poids en kilogrammes, mais la silhouette de Miley Cyrus. Est-ce que vous ne seriez pas déjà très content(e) ?

Bien entendu, il existe une relation entre poids et silhouette. Mais cette relation n’est pas aussi directe qu’on l’imagine habituellement.

Il faut savoir en effet que le muscle est plus lourd que la graisse. A volume égal, on est donc plus lourd quand on est musclé que quand on est gras.

Les muscles pèsent leur poids

Pour répondre à un effort physique, vos fibres musculaires vont avoir à subir des microdéchirures (rien d’inquiétant). Plus l’effort nécessite de la force, plus les microfissures seront nombreuses.

Après l’effort, vos muscles vont réparer ces microfissures et renforcer les fibres musculaires abimées pour mieux faire face la prochaine fois. C’est ainsi que vos muscles vont grandir et se développer.

Ainsi, votre quantité de muscles augmente. Votre masse musculaire croît. Cela vous ajoute du poids.

Quel carburant, pour vos muscles ?

Si votre alimentation est riche en sucres et en glucides (pain, riz, fruits), vos muscles vont utiliser ces apports en glucose (sucre) comme source d’énergie.

Si votre séance d’exercice est suffisamment longue pour brûler entièrement votre apport alimentaire en sucre et glucides, votre réserve de graisses reste intacte. Pas de perte de poids de ce côté-ci. Les jours qui suivront, vos muscles sollicités vont se reconstruire et se développer. Vous allez gagner en masse musculaire.

Somme toute, vous aurez pris du poids… mais sous forme de muscles ! C’est donc un joli progrès.

Mais en voyant +1 kg sur la balance, qui se dira : « Chouette, bonne nouvelle ! » ?

Quasiment personne.

Nous avons tous été formatés à penser que :

1 kilo en plus = 1 kilo de graisse en plus.

Autre cas de figure :

Si votre séance d’exercice n’est pas suffisamment longue pour brûler tout votre apport en sucres et en glucides, le résidu sera stocké sous forme de graisse.

Vous gagnerez alors du poids sous forme de muscle, mais aussi sous forme de graisse…
Pour que votre poids baisse, il faut que votre perte de graisses excède votre gain de muscles. Si l’on ne regarde que votre perte de poids, l’exercice physique devient rapidement un ennemi qui ralentit vos progrès.

On est alors tenté d’arrêter l’exercice et de manger le moins possible pour brûler de la graisse et perdre un maximum de poids. C’est une mauvaise stratégie, car vos muscles vont fondre par la même occasion. Vous risquez alors de devenir chétif, de vous sentir faible et vulnérable. Cela n’améliorera en rien votre silhouette, votre confiance en vous, ou votre bien-être intérieur.

Votre poids n’est qu’un indicateur parmi d’autres : vos mensurations, votre masse graisseuse, votre masse musculaire, etc.

1 kilo de graisse contre 1 kilo de muscle

Si vous comparez 2 kilos de graisse à 2 kilos de muscle, vous verrez que le muscle est plus dense et qu’il prend moins de place.

Si vous échangiez toute votre graisse en trop contre des muscles… vous seriez beaucoup plus maigre (sec) en apparence – en pesant toujours le même poids !?

Votre silhouette serait alors plus élancée et athlétique. Vos vêtements deviendraient tous trop grands pour vous. Vous auriez l’air plus jeune et dynamique. Vous n’auriez aucune gêne à vous mettre en maillot de bain – bien au contraire ! Vous auriez beaucoup plus d’énergie pour tirer un maximum de chaque journée.

Tout cela sans vous épuiser à essayer de perdre du poids. Sans la déception de voir que la balance affiche toujours le même chiffre jour après jour.

Il est plus efficace et motivant de vous concentrer sur l’évolution de la proportion de graisse dans votre corps. En comparant votre masse graisseuse à votre poids total, vous saurez si votre masse graisseuse se transforme en muscle ou non.

Même si votre masse graisseuse diminue alors que votre poids reste stable, vous aurez la satisfaction d’avoir progressé. Vous ne serez pas découragé comme jadis. Vous observerez très vite que votre taille va s’affiner. Cela vous donnera la motivation pour continuer vos efforts.

 

Source : Néo-nutrition – Eric Müller